Journée contre les mutilations sexuelles : l’UNICEF toujours en plein mensonge

Mireille Vallette
journaliste

Les MGF sont bien plus nombreuses que les organisations internationales ne nous l’affirment. La lutte piétine et le problème a tendance à s’aggraver. Le scandale de ces non-dits ne pourra plus être tu longtemps.

Près de 20% des mutilations sexuelles féminines sont pratiquées par des fournisseurs de soin et cette tendance à la médicalisation augmente dans de nombreux pays exciseurs. Pour ce 6 février, Journée tolérance Zéro à l’égard des mutilations sexuelles, l’UNICEF, le Fonds des Nations Unies pour la population et des associations internationales de sages-femmes et de gynécologues lancent un appel à la mobilisation de tous les soignants concernés par cette pratique afin qu’ils contribuent à la faire cesser et à convaincre d’autres de suivre l’exemple.

Cela dit, l’UNICEF (et les autres organismes onusiens qui traitent de la question) persiste dans ses dénis et nous inflige les mêmes balivernes, soit un nombre -infiniment sous-estimé- de filles et de femmes affectées par ce fléau : plus de 130 millions de femmes et filles ont subi le couteau des exciseurs, dans 29 pays et 3 millions de filles sont mutilées chaque année affirme l’organe de l’ONU.

Elle tait les millions de femmes et filles excisées hors de son terrain quasi unique d’observation, l’Afrique… à deux exceptions près : le Yémen et tout récemment l’Irak grâce à une formidable ONG que j’ai interviewée, et à l’acceptation par le gouvernement kurde, puis irakien de laisser enquêter malgré les résistances des religieux musulmans.

L’Indonésie ignorée

Que cache l’UNICEF? Que de nombreux autres pays excisent, caractérisés par le tabou sur la sexualité et le refus des gouvernements de laisser l’ONU et ses organes spécialisés enquêter. Impossible donc de connaître l’ampleur de cette pratique dans les pays suivants: Iran, Emirats Arabes Unis, Oman, Tadjikistan, Maldives, Thaïlande, Inde, Pakistan, Malaisie (à un haut degré) et «d’une manière très organisée et systématique en Indonésie»… qui compte 240 millions d’habitants, presqu’uniquement musulmans. En 2003, une enquête a montré que dans près des trois quarts des cas étudiés, les femmes ont subi une excision. On connait la sinistre pratique de Bandung où pour célébrer l’anniversaire de Mahomet, des centaines de filles sont mutilées chaque année dans d’affreuses souffrances sur des pupitres d’école.

Quelque 28% des femmes interrogées ont, elles, subi des pratiques «symboliques». Leur clitoris a été selon les cas gratté, frotté, piqué, étiré, brûlé, percé...
Une vaste enquête d’une université de Java publiée en 2009 confirme l’essentiel de ces constats, de même qu’un rapport d’Amnesty International de 2010. Dans les 17'000 îles que compte l’Archipel, il est difficile de connaître l’étendue du mal. Mais on sait qu’il est immense et en hausse.

Et pour couronner le tout, les autorités indonésiennes avaient, sous la pression des puissants oulémas, autorisé les hôpitaux à pratiquer les mutilations (softs soi-disant) en 2010. Une levée de bouclier les a contraintes à abroger ce décret en février 2014, mais elles ont simplement précisé que «toute pratique de circoncision féminine doit être faite en prenant en compte la santé et la sécurité de la fille ou de la femme». La honte!

En Malaisie (30 millions d’habitants, 18 de musulmans) la situation est très comparable à celle de l’Indonésie, et la bataille entre religieux conservateurs et anti-MGF bat son plein. La prévalence des MGF est aussi en augmentation. Mais les données manquent.

Des chiffres plus plausibles

Le chiffre avancé par l’UNICEF, trois millions de filles excisées par an, est un pur mensonge. En prenant le taux de prévalence le plus bas parmi 3 enquêtes différentes dans 27 pays d’Afrique, nous sommes arrivés à un total de plus de 5 millions de victimes par année. Et en incluant l’Indonésie avec un taux bien inférieur à la réalité, l’addition atteint 6,3 millions. (1)

Quoiqu’il en soit, que tant de filles subissent encore ces barbaries au 21e siècle est déjà proprement ahurissant. Alors, que le fléau augmente (avec un nouveau phénomène : des populations qui n’excisaient pas s’y mettent) est carrément obscène !

Au milieu des années 2000 déjà, l’ONU avait dû rectifier le nombre de fillettes excisées chaque année. Elle avait discrètement remplacé les deux millions avancés jusque-là par trois millions. Cinquante pourcent de plus! Depuis, elle répète obstinément ce chiffre.

Les cris de victoire à propos des villages africains qui décident de bannir les excisions ne sont pas très crédibles dans ce paysage : ils représentent une goutte d’eau dans un océan de barbarie.

Pour connaître des informations complémentaires, voir mon enquête «Mutilations sexuelles, les drôles de compte de l’ONU».

Et l’islam dans tout ça ?

L’ONG qui tente d’alerter sur les pays et les victimes ignorés, Stop FGM Middle East, se sent bien seule dans ce combat. Surtout que le discours traditionnel est systématique : rien à voir avec la religion. Et pourtant, les mutilations ont beaucoup à voir avec la religion musulmane. Dans de très nombreux pays, elle est un motif majeur invoqué par les mères pour poursuivre cette tradition. Les raisons avancées sont aussi (et c’est souvent lié) la prévention d’une libido débridée et une purification, car les organes génitaux des filles seraient « sales ».

L’islam radical progresse dans la sphère musulmane. La régression des mœurs et du statut des femmes en est une des conséquences. Cette régression favorise non seulement le maintien, mais l’extension de ces pratiques iniques. La perspective d’une interdiction par les autorités est quasi systématiquement combattue par les religieux.

Tous les pays exciseurs comprennent des communautés musulmanes. Au total, c’est dans des populations qui représentent plus de 300 millions de disciples de Mahomet qu’on mutile. Cette prédominance est confirmée par la composition de l’Organisation de la conférence islamique (OCI): parmi les 31 pays qui excisent (Indonésie et Malaisie incluses), 24 font partie de ce puissant lobby religieux de l’ONU. Mais jamais la moindre action n’a été entreprise par cette organisation ni par les leaders et leurs institutions (université Al-Azhar, Conseil des Oulémas, OCI, Organisation islamique pour l’éducation, les sciences et la culture, etc.) Et on attend vainement que nos soi-disant féministes musulmanes daignent bouger un cil. C’est pas dans le Coran, disent-elles, disent-ils ? Et alors ? Pas concernés par les barbaries des coreligionnaires, hors Coran ?

Ce serait si simple

Il n’est pas imaginable que les mutilations diminuent sérieusement et surtout rapidement sans une mobilisation religieuse. Elle serait d’autant plus efficace que les mères souffrent de cette torture infligée à leurs filles (elles l’ont connue) et que beaucoup d’hommes seraient prêts à l’abandonner. Que l’OCI consacre tant d’énergie à bâillonner les critiques de l’islam sans porter un seul regard sur ce fléau est abject.

Quant à l’ONU et aux pays occidentaux, il serait temps qu’ils ne se manifestent pas seulement 1 jour sur 365, mais à toute occasion. Par exemple, que nos dirigeants s’expriment lors de voyages dans des pays exciseurs ou lorsqu’ils reçoivent des délégués de leurs gouvernements. J’entends parler droits de l’homme chaque fois qu’une délégation va en Chine, je n’ai jamais su qu’un dirigeant se soit exprimé sur ce sujet lors d’un quelconque voyage officiel. Ils pourraient aussi conditionner l’aide au développement à des actions contre les mutilations. A l’ONU aussi, il serait bon de les entendre de temps en temps rappeler quelques réalités.

Et peut-être que dans un jour lointain, la Journée Tolérance zéro aura enfin un sens.

Mireille Vallette, 6 février 2015

 

(1)Tableau : estimation des mutilations génitales par an en Afrique

6 commentaires

  1. Posté par Economico le

    Merci de nous rappeler que les occidentaux ne sont pas les principales victimes de l’islam radical. Est ce que les organisations peuvent vraiment changer les moeurs? On comprend parfois l’interventionnisme de certains nations!

  2. Posté par D. Baettig le

    Les mutilations sexuelles féminines et masculines doivent être réservées aux adultes consentants…

  3. Posté par Nicolas le

    Il faut être soi-même sérieusement entamé pour comparer la circoncision qui n’enlève rien au plaisir du coït et accessoirement offre une certaine protection contre les MST, et les mutilations génitales féminines qui font de leurs victimes lorsqu’elles y survivent, des esclaves sexuelles.

  4. Posté par Le passant ordinaire le

    Bien entendu la mutilation des garçons juifs et musulmans est une chose sacrée que M.Vallette passe comme chat sur braise. Des millions de garçonnets subissent contre leur gré mais selon la volonté de leurs parents une circoncision obligatoire si l’on en croit les rabbins et imams car eux aussi participent à la fête en faisant ripailles et bombance en l’honneur du môme.

  5. Posté par Nicolas le

    A qui profite le crime?

  6. Posté par KANDEL le

    Merci Mme Mireille Vallette de rappeler ces horreurs subies par ces pauvres filles.

    Pourquoi laisse-t-on encore pratiquer ces horreurs ?

    Pourquoi les féministes du monde entier (et de chez nous Mesdames!) ne manifestent-elles pas régulièrement à ce sujet ?

    Pourquoi les dames et les hommes se mobilisent pour les lynx, les loups (pauvres moutons) réintroduits chez nous (pour nos bobos écolos) alors qu’il y a des millions de filles qui sont torturées chaque année (nos bobos écolos accordent bien plus d’importance aux lynx, aux loups qu’à ces pauvres filles torturées, cherchez l’erreur!)?

    Mes Dames féministes répondez-moi, … ou mieux, battez vous pour que cette pratique horrible soit sans cesse dénoncée jusqu’à sa disparition … tout comme de très braves DAMES et HOMMES se sont battus pour abolir l’esclavage (ça ne s’est pas fait en un jour, ni sans beaucoup, beaucoup de luttes)!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.