Un Référendum pour le Service National !

post_thumb_default

 

téléchargement (66)L’armée de conscription est une exception dans l’Histoire. Elle n’existait pas sous la Monarchie. Créée par la levée en masse proclamée par la Convention pour résister à l’invasion des coalisés en 1793, elle a été instaurée en 1798 par la Loi Jourdan, qui stipulait que « tout Français est soldat et se doit à la défense de la patrie ». En 1804, elle a été limitée par le tirage au sort. Jusqu’en 1997 lorsque Jacques Chirac l’a suspendu, le service militaire s’est donc inscrit dans la vie des jeunes hommes français, avec des variations quant à son universalité et sa durée. Son objet n’était nullement de forger la nation par le brassage des diversités régionales ou sociales, ni d’apprendre à partager les valeurs républicaines. Son but était de mettre en ligne des troupes suffisamment nombreuses et formées pour répondre aux exigences des guerres livrées par le pays. La conscription a donc connu des variations liées à l’évolution des besoins militaires. Déjà, sous Louis XIV, des milices provinciales renforçaient l’armée de métier du roi. En 1905, devant la menace d’une Allemagne qui avait pris un avantage démographique, le tirage au sort fut abandonné au profit d’un service militaire universel… pour les hommes. Après la guerre d’Algérie, la durée s’est réduite, les exemptions ont été nombreuses, des modalités de service national civil, comme la coopération dans les anciennes colonies, sont apparues. La France n’était plus en guerre, et celle-ci avait changé. De plus en plus technique, elle demandait des professionnels moins nombreux, mais performants. Les théâtres d’opération souvent  lointains réclamaient des volontaires aguerris,  préparés aux risques de leurs missions. Le général de Gaulle avait d’ailleurs prévu cette évolution dans « Vers l’Armée de métier », cet ouvrage génial écrit en 1934, dont le chapitre « Technique » commence par la formule explicite : « la machine, à présent, régit notre destin. » La technique nécessite une armée professionnelle. Dans ce livre, De Gaulle a eu raison deux fois trop tôt, d’abord en préconisant l’emploi de divisions blindées pour atteindre l’Allemagne au coeur, ensuite, en annonçant une armée de techniciens rompus à l’emploi des armes les plus sophistiquées ou aux méthodes de combat les plus efficaces. Celle-ci est notre présent.

Les politiciens qui veulent se rendre intéressants sans grand effort et sans le moindre travail de réflexion évoquent aujourd’hui un retour au service national. Ils ont, comme d’habitude, dans l’agence de placement électoral qui s’appelle encore l’UMP, notamment, suivi les sondages très favorables à cette proposition qui séduit jusqu’à 80% du public. Outre que les questions du coût, de l’encadrement et des capacités d’accueil d’un service national forcément étendu aux deux sexes ne sont pas sérieusement abordées, il est clair que sa finalité serait totalement différente de celui qui a été suspendu en 1997. On ne propose pas un service de défense du pays, mais un outil pédagogique plutôt civil pour remédier aux carences évidentes de notre société pour assurer une cohésion sociale et nationale pourtant indispensable à son bon fonctionnement. L’école n’étant pas capable d’enseigner les valeurs républicaines, ni de former  de bons citoyens possédant un métier, on se dit qu’au bon vieux temps du service militaire, la vie en commun soumise à la discipline d’hommes différents mais réunis « sous les drapeaux » était le rite d’initiation nécessaire pour que des adolescents individualistes deviennent des hommes et les membres d’une nation. Au passage, l’armée repérait les dysfonctionnements de la formation initiale et y remédiait souvent. La grotesque Journée d’Appel à la Préparation de la Défense devenue Journée Défense et Citoyenneté ne remplit évidemment pas ces rôles. En revanche, on se retrouve avec des générations peu conscientes de l’intérêt national, peu enclines à le concevoir et incapables de le défendre. Pour comble, des groupes se constituent de « français » de papier qui détestent « leur » pays et ses valeurs, mais vont se former militairement à l’étranger et possèdent des armes de guerre à domicile. Effarés par cette découverte, et dans la panique, les politiciens crient : « service national ».

Le contenu des propositions varie. La durée serait de trois à six mois. Xavier Bertrand, pour faire sérieux, lance des chiffres : 600 000 jeunes par an, pour trois mois avec 15 jours « militaires », et 1,5 Milliard de coût annuel. D’autres pensent à une extension du service civique qui avec 35 000 engagés ne répond pas à la demande. Le Parti Socialiste songerait à le rendre obligatoire et gratuit pour une durée de six mois. Le Ministre de la Défense, comme le Président de l’Agence Nationale du Service Civique, François Chérèque, font valoir les obstacles à cette idée lancée à la légère : son coût et son caractère coercitif. Alors que l’effort de défense exigé par le contexte international remet en cause les économies prévues et que le budget du service civique est insuffisant, il faudrait augmenter considérablement la dépense ?

L’enjeu est plus vaste.  Il demande une véritable révolution idéologique, et non des solutions superficielles. Si le parcours citoyen commence par un prêchi-prêcha scolaire sur la laïcité, l’antiracisme, l’égalité des « genres » et autres valeurs « républicaines » à l’école et s’achève par un service national, sans doute inégalitaire et perçu par beaucoup comme une corvée et une perte de temps, le remède risque d’aggraver le mal. Trois mesures me paraissent indispensables, et bien éloignées des pratiques actuelles. D’abord, l’école, dans sa forme comme dans son contenu,  doit changer. L’uniforme pour les élèves, le lever des couleurs, le retour au roman national en histoire sont plus sûrs qu’un cours de morale pour apprendre aux élèves à aimer la France et à préférer certains comportements à d’autres. Ensuite, un effort particulier doit être prodigué en faveur des mouvements qui promeuvent chez les jeunes l’effort, la discipline, la solidarité et l’altruisme, dont le scoutisme est le modèle. Enfin, en aval, le service national revisité devrait conduire à la constitution d’une Garde Nationale, dont la mission serait complémentaire de celle de l’Armée : participer à la sécurité intérieure, entretenir l’esprit de défense dans l’ensemble de la Nation, et faire face aux catastrophes éventuelles. Une telle révolution ne s’improvise pas, ne s’impose pas. Elle exige en revanche des choix budgétaires difficiles. Elle ne peut à mon sens être décidée que par le Peuple par le biais d’un référendum.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.