La France en triste Etat…

post_thumb_default

 

téléchargement (47)La France est une Nation bâtie par son Etat, l’Etat-Nation par excellence. Entre l’Etat et la Nation, l’accord reposait sur une saine distribution des rôles. L’Etat conduisait efficacement et dignement, sans pressurer, sans tyranniser. La Nation, sous sa conduite, donnait la pleine mesure de ses ressources et de son énergie. Ce couple a connu des hauts et des bas. Il connaît aujourd’hui un très-bas.

On commémore cette année le début de la Grande Guerre. On mesure à l’enthousiasme, qui a accompagné son déclenchement, et aux sacrifices insoutenables, qui ont suivi, la solidité du contrat passé entre un Etat qui déclarait et conduisait la guerre et un peuple qui la faisait et en subissait les effets. Ni tous les peuples, ni tous les Etats n’ont tenu le choc. Certains ont disparu. D’autres ont sombré dans la folie totalitaire. La France est restée debout, mais à l’intérieur, le ressort était cassé. Cette fois, ce n’était pas seulement le contrat entre la France et son dirigeant qui s’était brisé, comme au retour de Varennes. Cette fois, chacune des deux parties était atteinte. La Nation était épuisée, vidée de son sang, privée de sa jeunesse. L’Etat, vainqueur à l’arraché, avait demandé au peuple des efforts dont il ne s’était montré digne ni dans la préparation de la guerre, ni dans sa conduite. Depuis, le prestige de l’Etat, la confiance du Peuple n’ont cessé de se dégrader, à travers les guerres perdues, les ambitions déçues, le déclin constaté, malgré l’illusion, le bluff, comme il disait lui-même, réussi par le Général de Gaulle pendant une parenthèse de quelques années.

Aujourd’hui, le tandem se résume, en premier lieu,  à un peuple qu’on prive réellement et psychologiquement de son identité, qu’on soumet à la diète du travail, qui descend inexorablement les marches dans la plupart des classements mondiaux, et qui entend sonner le glas de la seule politique qui portait encore des fruits, la politique familiale. Quant au partenaire, celui qui vient de prendre la décision de transformer une politique nataliste en dispositif de redistribution sociale,  il devient la caricature du mauvais mari, ivre d’impôts, dépensant à tout va pour ses nombreuses maîtresses, pour ses danseuses, l’argent qu’il retire à sa légitime, lorsqu’il diminue le budget de la Défense, par exemple. Plus dépensier que jamais, devenu obèse, l’Etat a confié les clefs de la maison à un syndic bruxellois, qui laisse rentrer n’importe qui mais entend régir la place des photos de famille sur les murs. Les enfants qui veulent réussir désertent le toit familial.

Le drame dans un couple, c’est lorsque la confiance a disparu. Comment faire confiance à un menteur ? Comment respecter qui n’a pas de parole ? Les Français en sont arrivés là quand ils découvrent que l’Etat auquel ils associaient le prestige n’évoque plus chez eux que le mot de « minable ».  La continuité de l’Etat ? La garantie de l’Etat ? La parole de l’Etat ? Autant d’illusions balayées par les mesurettes et les expédients d’un pouvoir aux abois. Que la France n’honore pas son contrat de livraison des « Mistral » à la Russie, passe encore. Ce pourrait être un acte souverain, mais derrière lequel on devine les arguments moins glorieux de la soumission à la politique américaine, d’un côté, et du désir de ne pas porter un coup fatal à l’emploi et à nos finances, de l’autre. Plus grave est l’imbroglio de l’écotaxe. Le gouvernement actuel dénonce un contrat passé certes par un exécutif de l’autre bord, mais qu’il se doit d’exécuter dans la continuité. S’il y renonce, il doit bien sûr en assumer les conséquences. Or, sans la moindre dignité, il se réfugie dans les arguties juridiques. Le contrat faisant la part top belle à une société privée serait non-conforme aux principes de notre Droit. C’est un peu tard pour s’en apercevoir, mais surtout, comment ne pas y voir un sommet de mauvaise foi ? Si l’Etat n’a pas respecté son propre droit, doit il en faire payer la faute au contractant plutôt qu’à lui-même ? Si le contrat était aussi mal ficelé, aussi inutile, puisqu’une taxe sur le gazole obtient le même effet, sans montage complexe et coûteux superflu, comment empêcher que des doutes ne surgissent sur la genèse de ce fiasco ? ( 2 milliards d’Euros ? 210 salariés ?)  Est-ce seulement un produit typique de notre monstre énarchique ou quelqu’un profitait-il du crime ?

 

 

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

3 commentaires

  1. Posté par Leb le

    FRANCE D’ANTAN, REVIENS NOUS VITE.
    Pour se tenir informé des débordements de ceux que nous accueillons contre notre gré! Pour que notre France redevienne ce qu’elle devrait être.
    ENFIN, LA GRANDE MUETTE COMMENCE à PARLER :
    Publié par France Dantan sur 16 Décembre 2013, 15:07pm
    Catégories : #Armée doit nous aider, #En France avant l’étranger
    Il faut parfois écouter les militaires …Et il faudrait qu’ils nous entendent.!!
    Surtout quand ils parlent en connaissance de cause :
    Ils savent mieux que les journalistes ce qu’est la guerre et QUI est l’ennemi …
    Et ils n’ont pas d’électorat à séduire, eux …
    Alors, au lieu de les prendre pour des ringards, écoutons ce qu’ils ont à dire … dans leur domaine de compétence, et tâchons d’en tenir compte.
    Ça y est, même de hauts gradés commencent à en parler ….
    Général Antoine-Roch Albaladéjo, Ancien De La Légion Etrangère :
    Quelques éléments de réflexion sur l’affrontement avec les islamistes.
    1. Ouvrir les yeux et admettre une bonne fois pour toutes que les islamistes ont déclaré la guerre à l’occident, avec la France en première ligne.
    Se persuader que cette guerre ne se fera pas sans mort, sans prise d’otages, d’autres attentats, qu’elle se fera aussi chez nous et donc qu’il faudra nous montrer plus vigilant et moins vulnérable y compris émotionnellement.
    Savoir que notre ennemi trouvera parmi nous des sympathisants et des complices dans tous les milieux et en plus grand nombre que ce ne fut le cas pour le FLN.
    2. Cesser de reculer devant les exigences toujours plus grandes de ces extrémistes et de leurs complices, qui, en affaiblissant notre culture et en imposant la leur, cherchent surtout à tester et à saper notre esprit de résistance.
    3. Agir en portant le fer là où apparaît un furoncle :
    – une immigration débridée qui rend insolubles les problèmes du logement, du chômage, de la dépense publique, ça se contrôle.
    – des barbus, des imams ou des rappeurs qui appellent à la guerre sainte, à la haine et au crime, ça se sanctionne,
    – des quartiers qui caillassent les représentants de l’État, qui rackettent les artisans, ça se neutralise,
    – de discrètes écoles coraniques qui forment les djihadistes de demain, ça se ferme,
    – des clandestins, ça s’expulse, surtout les délinquants,
    – des subventions à toutes ces associations qui font leur beurre dans l’anti-France, ça se supprime, et …on revoit nos programmes d’histoire, on jette la repentance aux orties, on laisse la transparence aux vitriers … etc. etc.
    4. Et ne me dites pas qu’il s’agit là de racisme, de fascisme ou d’extrême droite! Il s’agit de légitime défense et de résistance dans le respect de la loi, ni plus, ni moins !
    Vous pensez sans doute que ce n’est pas demain la veille ? ….
    Je crois néanmoins que, sans un sursaut, le pays de la douceur de vivre, le plus beau pays du monde, risque fort de disparaître dans d’atroces soubresauts ou dans une coupable et morne résignation, pour être remplacé par une autre que certains, et pas des moindres, semblent appeler de leurs vœux, on se demande pourquoi, et qui commence à faire peur.
    Mais je me trompe peut-être …
    J’aimerais tellement avoir tort …
    Enfin, réfléchissez, ne soyez ni sourds, ni aveugles, ni muets.
    Général Antoine-Roch Albaladéjo
    Légion Étrangère
    IMPÉRATIF : FAIRE TOURNER EN BOUCLE À TOUS VOS CORRESPONDANTS.
    Surtout qu’ils sont entrain de liquider l’armée, on aura besoin d’elle pour combattre !
    http://miledeux.over-blog.com/2013/12/enfin-la-grande-muette-commence-à-parler.html

  2. Posté par Eduardo Lars le

    En son temps déjà ! Coluche avait une solution. Je cite de mémoire. « Pour régler ses problèmes, il faut que la France déclare la guerre à la Suisse, et qu’elle se démerde pour la perdre, afin que les Suisses nous envahissent. ».

  3. Posté par Vautrin le

    Mais qu’est-ce que l’État ? Il se confond aujourd’hui avec un exécutif et une administration pléthorique qui violent systématiquement le privé des citoyens, privent ceux-ci de responsabilité, et organise la subversion de la population autochtone. C’est aussi, par les mêmes moyens administratifs, une superstructure prétendant organiser « l’économie », plus exactement gérant le conflit des intérêts. Dans ce rôle usurpé, comme ailleurs, l’État fait montre d’impéritie. Cet État-là, fondamentalement tyrannique et inepte, n’existe que par l’argent spolié aux citoyens et par l’apathie de ceux-ci. Il n’est pas étonnant que, tout en faisant la loi, il n’ait plus aucune légitimité et qu’il soit çà et là bravé par des contestataires. D’un tel État, nous n’avons pas besoin. Qu’il revienne à ses rôles régaliens (défense, sécurité intérieure, diplomatie) et laisse par ailleurs opérer la société civile en toute responsabilité, alors il retrouverait sa légitimité.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.