La Banque nationale suisse est elle en route vers l’adoption de l’euro? (Partie 1) Par Liliane Held-Khawam

post_thumb_default

 

La politique monétaire de la Banque nationale suisse (BNS) inquiète de plus en plus de monde. Son bilan met son indépendance et son avenir immédiat en danger. De plus, elle devrait être soumise selon la Constitution à la Confédération mais dans les faits, elle n’est auditée que par une entreprise américaine privée qu’elle paie elle-même. […]

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par dup le

    sachant qu’ils savent très bien ce qu’il font .Ils savent que l’euro c’est du PQ . Ils sont pas bêtes à la BNS , on peut donc parler que de pression et de chantage. Dans ce cas les termes gouvernants occultes et conspiration sont pas le fait de malade mentaux ,mais bien ceux de aveugles bisounouours

  2. Posté par Economico le

    Elle n’est pas obligée de mettre de la dette européenne pour s’arrimer à l’Europe? Elle doit juste augmenter la taille du bilan. Elle est condamné à vivre avec certains voisins en difficulté. Une situation qui n’est pas prête de changer. Il est plus probable, que l’on assiste à nivellement par le bas de la Suisse que l’inverse. Est ce que l’on s’on doit s’européaniser pour autant, je ne pense pas. Nous pouvons subir un ralentissement, même une période difficile, mais elle ne doit pas remettre en question notre indépendance. Nous sommes dans une période de ce que l’on peu qualifier de taux de change « flottant manipulé ». Ces manipulations ne sont pas saines. Elles sont surtout le moyen de combattre pour certain la globalisation en évitant les règles de l’OMC et d’ouverture au commerce internationale. Le système des barrières douanières jouait ce rôle de façon beaucoup plus efficace et moins hypocrite! Disons que la doctrine néo-libérale a chassé un instrument de régulation efficace et nettement moins pernicieux que celui de la manipulation des cours de change.

    Une entrée dans la zone monétaire limiterait notre marge de manoeuvre à l’avenir et elle nous rendrait plus interdépendant des autres pays de la zone. Finalement, quel pays tire vraiment bénéfice d’être dans la zone euro, si ce n’est l’Allemagne?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.