Un Prix Nobel pour la recherche qui est un bonnet d’âne pour le pouvoir !

post_thumb_default

 

images (91)D’après Valls, le Prix Nobel d’économie décerné au chercheur Français Jean Tirole serait un pied de nez au « French bashing ».  « Little bashful », le Manuel, qui n’hésite pas sans fausse modestie à récupérer un succès de la recherche au long terme au profit, croit-il, d’un gouvernement en perdition et qui navigue à vue. Car le pied de nez qu’il était superflu de décocher à une locution britannique, c’est bien le gouvernement français qui en est le destinataire. Le commentaire d’une députée socialiste disant que la politique économique et sociale dépendait du dialogue entre les politiques et les partenaires sociaux et non d’un économiste, fût-il Prix Nobel, était poignant de bêtise prétentieuse. Certes, personne ne saurait contester la légitimité des élus de la République. Personne n’en dira autant des fameux « partenaires sociaux », défenseurs acharnés des blocages de la société auxquels s’accrochent la petite minorité qu’ils sont censés représenter et tous ceux qui croient en bénéficier alors qu’ils en sont les victimes. Mais lorsque l’ignorance et l’incapacité des politiciens et de leurs complices, leur enfermement idéologique ou démagogique les placent à des années-lumière des solutions que proposent des chercheurs d’une manière objective, on se dit que ce sont les élus eux-mêmes qui détruisent leur propre légitimité. Ce n’est pas là la preuve que la technocratie est meilleure que la démocratie, puisque ce phénomène est, hélas, une spécialité nationale. Non, c’est seulement la démonstration de la faiblesse particulière de notre personnel politique, de son recrutement en circuit fermé, de ses cumuls improductifs, de sa gesticulation médiatique trépidante, et donc de son manque de réflexion dans la pensée et de cohérence dans l’action. Dans de nombreux pays, du Danemark aux Etats-Unis, et en Suède, évidemment, on fait ou au moins on écoute ce que préconise Jean Tirole.

Depuis des années, on parle de flexisécurité à la scandinave, cette région du monde où même les socialistes sont intelligents, du moins sur les questions économiques, et depuis une vingtaine d’années seulement. En France, la droite en a parlé, comme d’habitude sans rien faire, et la gauche tenté récemment quelques timides avancées, en douce, et sous la censure de « frondeurs » qui vous expliquent qu’il faudrait créer encore plus de fonctionnaires dans les collectivités territoriales pour réduire le chômage. « Au fou ! » a-t-on envie de crier ! Jean Tirole n’est pourtant pas un ultra-libéral. Il souligne simplement le paradoxe qu’à force de trop protéger l’emploi avec le bunker du CDI, on augmente la précarité de ceux qui n’en bénéficient pas. L’idée d’un contrat de travail unique qui se consolide dans le temps est une synthèse de l’exigence de stabilité des employés et du besoin de souplesse en fonction du contexte des employeurs. Le mérite n’en est pas absent. Un chef d’entreprise ne se sépare pas volontiers d’un travailleur efficace, et encore moins si cela est plus difficile avec la durée. Cette conception est évidemment aux antipodes de la religion du statut, qui sous prétexte que quelqu’un a dans sa jeunesse réussit un concours, lui confère le privilège d’être un mauvais professionnel.

Ce Prix Nobel paradoxal pour un pays où il y a de bons chercheurs dans les université et les grandes écoles, mais aucun « trouveur » en politique devrait servir de révélateur. La France est coincée. La France est bloquée. Ses dirigeants actuels sont coincés entre une Europe à laquelle ils adhèrent avec enthousiasme sans vouloir en respecter les règles, et une situation intérieure qui ne leur laisse aucune marge de manoeuvre. Le matraquage fiscal insensé a rendu le contribuable hypersensible. Les lobbys vont envahir les rues au lieu de hanter les antichambres. Toute réforme sera périlleuse pour le pouvoir y compris en son sein même. Les verts, les pastèques, sont furieux du recul sur l’écotaxe. Les radicaux, les radis vont se raidir sur la réforme territoriale. Les « frondeurs », en bons commissaires politiques, vont pourchasser le moindre soupçon de prétendu libéralisme.  Le débat politique est bloqué. Il est enfermé dans le microcosme des spécialistes de la politique, qui précisément ne sont spécialistes de rien. Déconnectés du monde des vraies gens, ils n’ont qu’un problème, celui de leur réélection. Alors, leur discours abandonne tout lien avec la vérité. Ils ne s’agit pas pour eux de dire ce qu’ils croient vrai ou juste, mais juste ce qu’ils croient que leurs électeurs ont envie d’entendre. Tel membre de l’UMP croyait séduire la « droite » en obligeant les chômeurs indemnisés à travailler, alors que les personnes condamnées et détenues n’y sont pas tenues. Tel socialiste, va y aller de son couplet de nounou indispensable, en dénonçant la stigmatisation du chômage, cette violence sociale, cette souffrance que notre société impose aux « sans-emplois ». Ce langage codé des politiciens est celui d’une pensée répétitive et bornée, incapable de trouver de vraies solutions aux problèmes que la France affronte, incapable de procéder aux réformes nécessaires dont elle a l’ardente obligation. Ce sont nos politiciens qui méritent la rossée, Monsieur Valls, pas la recherche française avec laquelle ils n’ont aucun rapport.

Flexisécurité ou Rigiprécarité ?

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par Economico le

    Il n’y a pas besoin d’avoir un prix nobel d’économie pour comprendre les problèmes de l’Europe. Les dirigeants désirent voir la consommation repartir en produisant le moins cher possible càd à l’extérieur de l’Europe. Nous comprenons aisément que ce tour de passe passe ne peut durer qu’un certain temps à moins d’accéder au crédit. Seulement, l’endettement personne n’en veut aujourd’hui, ni les entreprises ni les particuliers. Les banques centrales distribuent l’argent gratuitement, il n’y a rien à faire, personne n’en veut! L’Europe est le mouton noir de l’économie capitaliste avec des chiffres d’inflation proche de zéro, des indices de prix à la consommation en baisse et le moral des entrepreneurs en berne.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.