L’Occident, une Forteresse Vide ?

post_thumb_default

 

images (86)Le politiquement correct est une idéologie totalitaire douce pour défendre une pensée qui s’écrit à la gomme. Le sentier est balisé. Le discours ambiant ne doit pas s’en écarter, mais le chemin est vide de toute pensée positive. Il n’existe que par les barrières qui empêchent de le quitter, par les interdits qui pourchassant les mauvaises pensées, et non par un système idéologique qui imposerait d’emprunter ses concepts et ses règles. C’est ainsi que l’actualité présente nous invite à nous méfier du mot « civilisation ». Il est exclu d’évoquer la lutte contre le prétendu « état islamique » comme un choc de civilisations. Tout au plus peut-on opposer LA civilisation à la barbarie. D’un côté, il y aurait l’immense majorité des humains avec leurs différences culturelles et de l’autre une poignée de fanatiques qui n’auraient pas lu le Coran. La civilisation, ce serait donc la quasi-totalité de l’humanité. Cette conception large justifierait amplement que les nations européennes, les Etats-Unis, l’Arabie Saoudite forment une coalition contre le terrorisme prétendument islamique. Mais que défend cette coalition ? Les naïfs diront aussitôt : l’humanisme, le respect de l’autre, la tolérance, la liberté, la démocratie. C’est d’ailleurs au nom de ces valeurs que nos rejetons à la fois les djihadistes et leurs adversaires, les régimes autoritaires laïcs, leurs massacres au gaz, et leur implacable tyrannie.

Malheureusement, cette proclamation ne résiste pas à la critique. Le royaume wahabite, notre allié, qui règne sur les lieux saints de l’Islam n’est évidemment pas une démocratie. La liberté y est inconnue, la charia y est appliquée avec rigueur. Les décapitations publiques au sabre s’y font simplement davantage dans les formes. On cherchera en vain la dose supplémentaire d’humanisme présente à Ryad et absente à Damas. Il est possible depuis près de vingt siècles d’être pleinement chrétien en Syrie quand ça ne l’est pas aujourd’hui en Arabie saoudite. La différence est la même pour la condition féminine. Nous ne défendons pas une civilisation commune qui n’existe nullement. Nous mêmes serions bien en peine de peine de définir les valeurs de l’occident. Elles ne s’affirment plus, mais ne se définissent plus que par des négations. L’Europe est culturellement issue d’un mariage réussi entre la civilisation grecque et romaine d’une part, et le Christianisme d’autre part. On peut y déceler des traces celtiques ou germaniques, mais la religion, l’art, la politique et le droit ont une identité et une cohérence, que les Européens, et les Français en particulier, ont nié en refusant de se référer à leurs évidentes racines chrétiennes. Parce qu’il est interdit de blesser l’ »Autre » qui ne se gène nullement, il est interdit d’être soi.

Si l’on descend de l’étage de la réflexion philosophique pour en revenir à l’examen des intérêts réels en jeu, on comprend bien que les Etats peu démocratiques du Golfe, nos économies, et nos puissants groupes pétroliers soient dans le même camp. On devine aussi que la Russie, l’Iran et leurs alliés puissent avoir d’autres objectifs non seulement économiques, mais géopolitiques. Arabes sunnites et Perses Chiites s’affrontent. Les Turcs sont en embuscade dès qu’ils entendent parler de califat. Des rivalités se développent pour la possession des richesses du sous-sol, pour la maîtrise de la circulation des produits qui en sont issus, pour le contrôle des ressources en eau aussi. Les puissances occidentales ne sont pas désintéressées et se préoccupent de ces enjeux. Mais elles masquent cette réalité derrière cette idéologie creuse de la démocratie humaniste dont Obama est le talentueux spécialiste. Partout, pourtant, où les Occidentaux ont prétendu faire advenir la démocratie, ils ont créé l’anarchie, suscité le djihadisme ou conduit au maintien du régime autoritaire.

La plupart des protagonistes des conflits actuels ont à la fois des intérêts très concrets et aussi une idéologie qui les anime. Chez les uns, ce sera le nationalisme, plus ou moins teinté de religion. Le souvenir d’un passé glorieux ou tragique soutiendra l’espoir d’une restauration.  Il y a une parenté entre le « Grand Israël », la Russie impériale de Poutine, le rêve néo-ottoman de la Turquie d’Erdogan, et le Chiisme perse qui porte les ambitions iraniennes. Chez les autres, la religion correspondra presque seule au ressourcement identitaire que les salafistes incarnent officiellement dans certains Etats et jusqu’à la caricature sanguinaire dans les rangs djihadistes. Il s’agit donc bien là d’un choc entre des civilisations concurrentes, et paradoxalement, le principal acteur, celui qui est encore le plus riche et le plus fort, militairement, se refuse à être ce qu’il est. Surtout, ne parlons pas de croisade. Surtout, prenons le temps de réunir quelques pays arabes sunnites, pour montrer que l’Islam est avec nous. Défendons nos intérêts économiques, contenons le réveil russe d’un côté et le terrorisme islamiste de l’autre, mais sans jamais préciser ce que nous défendons : une démocratie qui est une confiscation du pouvoir par une oligarchie ? Une égalité proclamée qui est démentie par des écarts totalement illégitimes entre les uns et les autres ? Une tolérance qui prend de plus en plus souvent le visage de la transgression ? Une liberté qui s’autocensure dans la pensée unique ? Une foule d’individus préoccupés de besoins matériels et de satisfactions immédiates et que n’anime plus une foi commune est-elle capable de se défendre ? Peut-elle empêcher qu’en son sein des dissidences ne se forment ? Peut-elle éviter que le vide spirituel ne soit comblé chez certains par de dangereux substituts ?  Comme le disait Valéry, les civilisations sont mortelles, et elles sont d’autant plus proches de leur disparition qu’elles oublient ce qu’elles sont.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

3 commentaires

  1. Posté par Nicolas le

    Il n’en demeure pas moins une majorité relative d’électrons libres dans notre société, nés d’un niveau élevé d’éducation et de formation, circulant sur les réseaux créés par d’autres intellectuels (Merci UW, entre autres). Par eux le courant passe toujours et court-circuite une bien-pensance semée par les oligophrènes de gauche et les culs-bénis, idiots utiles de la finance internationale. Moins présents sur le devant de la scène médiatique, ils n’en sont pas moins actifs au déformatage du politiquement correct voulu par ceux à qui profite ce crime. Or comme le confirme l’histoire de ce drôle d’animal au cours des derniers siècles, l’intelligence finit presque toujours par l’emporter sur la démagogie, à un prix élevé en vies humaines toutefois.

  2. Posté par Pierre H. Renevey le

    Notre civilisation occidentale a développé une technologie fantastique, des armes fantastiques, une avionique de science-fiction et pourtant, notre logiciel « civilisationel » nous interdit de les utiliser et ce sont des chameliers qui n’ont pas de problèmes de conscience qui vont nous détruire. Ca me fait penser à l’empire romain, tiens !

  3. Posté par Pierre H. Renevey le

    Ca me fait penser à la pensée unique de l’époque où tout le monde savait bien que la terre était plate et ceux qui avaient une idée différente était menacés. Nous sommes les sorciers/sorcières modernes quand nous voulons quitter le chemin balisé par la sainte bien pensance !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.