La monnaie scripturale détruit les Etats!

Subprimes. Marché financier. Crise financière. Dettes publiques. Sauvetage de banques. Injection massive et dangereuse de liquidités par les banques centrales. Attaques contre le franc suisse. Les exemples du genre sont nombreux. Les scandales aussi. Pourtant tout cela a un dénominateur commun: la monnaie.

Dans l’imaginaire d’un être humain, la monnaie est une pièce physique en métal ou en billets qui sert aux échanges commerciaux ou à l’épargne. De là découle l’expression « battre monnaie » qui est en temps normal le privilège exclusif et souverain d’une autorité publique. Ainsi dans la Constitution suisse, son article 99 dit ceci :

1 La monnaie relève de la compétence de la Confédération; le droit de battre monnaie et celui d’émettre des billets de banque appartiennent exclusivement à la Confédération.

2 En sa qualité de banque centrale indépendante, la Banque nationale suisse mène une politique monétaire servant les intérêts généraux du pays; elle est administrée avec le concours et sous la surveillance de la Confédération.

Cet article de la constitution suisse reflète aussi la compréhension du public. Celui-ci pense que sa monnaie nationale relève de la responsabilité des autorités qui ont chargé leur banque centrale de sa gestion, appelée politique monétaire. Dans le cadre d’une démocratie, les différents organes de l’Etat œuvrent dans l’intérêt du grand nombre en s’interdisant tout favoritisme envers un groupe ou un autre.

Cet argent créé par la banque centrale porte le nom de « monnaie centrale ». Sa force, sa stabilité, sa correspondance avec la création de richesses par sa population ont été longtemps considérées comme un gage d’indépendance et de souveraineté. En Suisse, une couverture en or était constitutionnellement obligatoire jusqu’à un passé récent. La valeur de cette monnaie centrale était donc liée à une richesse réelle, qui en garantissait la crédibilité.

Pourtant, une monnaie dite scripturale peu connue du grand public et parallèle à la monnaie centrale a fait son apparition. Comprendre ses mécanismes permet de mieux saisir les dérives actuelles tant financières que politiques. Elle constitue l’épicentre du déclin de l’autorité des Etats et l’apparition d’une oligarchie mondiale qui se développe par le travail et l’argent d’autrui.

La monnaie scripturale est une monnaie bancaire. Elle existe par la volonté de n’importe quel établissement bancaire par simple écriture. Son développement doit beaucoup dans un premier temps à sa dimension pratique et sécuritaire. Pas besoin de porter de l’argent physique sur soi et de courir le risque de se faire voler. Le développement de l’informatique, des cartes de crédit et des virements automatiques a contribué à son essor.

Toutefois sa présence actuellement massive et le pouvoir illégitime qu’elle procure à certains nous oblige à l’étudier en attendant que les grands médias et autres politiciens en informent le grand public. En effet, c’est 90% de la masse monétaire mondiale qui est actuellement scripturale laissant un petit 10% à la monnaie centrale… Le choc est frontal entre la création de richesses scripturales et de fait spéculatives d’une part et l’économie réelle fruit principalement du travail d’autre part… Voilà pourquoi la destruction des emplois et de l’économie peut cohabiter en très bonne intelligence avec des indices boursiers au firmament. Un petit groupe se détache du monde réel en captant le fruit de l’activité réelle grâce à laquelle il s’enrichit de manière exponentielle. Anormal ? Plutôt vital !

Un petit retour dans les années 70 est utile pour comprendre la genèse de ce dysfonctionnement (1). En 1971, le président américain Richard Nixon met un terme unilatéral à la convertibilité-or du dollar, puis en 1976, les Accords de la Jamaïque viennent sceller le système des changes flottants et l’élimination du rôle de l’or du système monétaire international. Sous l’impulsion des États-Unis, relayés par la suite par le FMI, la plupart des États ont renoncé à la couverture or. Grâce à ce désarrimage, l’emploi de la monnaie scripturale a littéralement explosé et l’or des Etats vendus massivement au plus bas…

L’industrie bancaire s’est donc vue octroyer ce privilège ultime de créer de la monnaie. En toute légalité mais en parfaite illégitimité… Elle en a tellement inondé le marché que la monnaie n’a plus de lien avec la réalité économique ou la richesse réelle. De plus, cette présence massive a une conséquence immédiate : la dilution de la valeur de la monnaie. Cela nous concerne tous en tant que salariés, épargnants, retraités… C’est une « arme de destruction massive » qui a généré entre autres la crise des subprimes qui gangrène la société voire l’humanité dans un silence assourdissant !

Voici 3 manières possibles qui permettent à n’importe quel banquier de fabriquer de la monnaie:

  1. Grâce à l’argent des déposants et épargnants. Il est admis que si un client A déposait 100.- de cash en billets. 100.- de monnaie scripturale seront portés à son compte et les 100.- en billets remis dans le circuit. La masse monétaire à disposition de la banque –et donc du marché financier- est doublée. La banque peut alors disposer à tout moment et en toute liberté de cette somme. Il lui est en principe juste demandé de pouvoir rembourser le client à tout moment. Dans les faits, les banques précisent que l’accès à l’argent est possible « dans la limite des stocks disponibles »… ou plafonnent les prélèvements selon la nature du compte (épargne par ex).

Toujours officiellement, elle devrait maintenir dans le cas de A 8.- (8% rarement respecté par les grandes banques) sous forme de fonds propres. Les 92.- restants peuvent servir quant à eux à des placements, crédits,… A leur tour ces 92.- peuvent constituer les 8% d’un nouveau volume monétaire à créer. Les 92.- de A offrent une création monétaire scripturale équivalente à 1150.- à la banque. Les 92% de ce nouveau volume ont été créés de rien. Simple privilège. La banque a modifié la masse monétaire hors de toute économie réelle. Cette somme devenue « propriété personnelle » de la banque peut être investie en toute liberté sans aucune restriction avec la jouissance exclusive des gains engrangés. C’est donc par le bien d’autrui qu’elle a multiplié ses activités lucratives et les gains….

En revanche, cette « propriété personnelle » est provisoire car si A venait à retirer ses 100.- de la banque, 100.- seraient immédiatement détruits et les actifs en banque réduits d’autant. C’est pourquoi en cas de défiance et de retraits massifs, les banques peuvent en théorie faire faillite et plonger le pays dans la déflation. Il ne faudrait donc pas s’étonner des restrictions et limitations récentes concernant les retraits bancaires ou de l’utilisation d’argent liquide. Cette tendance devrait aller en s’intensifiant.

  1. Grâce aux crédits. Un client B se présente à la banque avec un bien actuel ou même futur (récolte, immeuble à construire,..) et demande un prêt de 100.-. La banque va inscrire les 100.- qu’elle prête à son actif et le bien en tant que garantie à son passif. Le système bancaire considère qu’il y a création monétaire et croissance de la banque à hauteur de 100.

Quand le débiteur est un gouvernement ou une institution bien classé par les agences de notation, la banque n’a besoin d’aucun fond propre pour la couvrir en cas de risque !

La chose est tellement avancée qu’en zone euro 93 % (2) de la masse monétaire est créée par émission de crédits ouverts par les banques commerciales. Ceux-ci comprennent aussi les dettes publiques ou les crédits d’investissements qui sont une source de croissance et de richesses extraordinaires des établissements financiers.

Que se passe-t-il en cas d’insolvabilité du client, le bien mis en garantie appartient à la banque (maison, titres,…). Elle peut donc s’approprier des biens réels grâce à une simple écriture avec, en prime, la possibilité de revendre le bien avec profit… Lors des subprimes, des propriétaires insolvables ont été jetés à la rue, les biens transférés aux banques et les trous générés dans les fonds propres de la banque renfloués par l’argent public (loi too big to fail)… Gains multiples garantis…

Toutefois, le jour où le client B rembourse son prêt, il y a destruction monétaire et la banque devra éliminer 100.- de son bilan. Le désendettement public ou privé met en danger les banques commerciales, car la destruction monétaire devient inacceptable, alors que le crédit représente désormais le cœur d’affaires des banques !

  1. Grâce aux rentrées de devises. Un client A qui reçoit 100$ venant de l’étranger, sa banque locale peut augmenter son volume comptable et monétaire d’autant. Le contraire est aussi vrai si A décidait de virer les 100$ vers un compte à New York, la banque doit détruire de sa comptabilité une somme équivalente.

Nous sommes en présence de deux monnaies représentant deux entités qui se font face avec des intérêts divergents. Pourtant, il ne peut y avoir deux stratégies de politique monétaire simultanément au sein d’un territoire. Il ne peut y avoir qu’un seul patron.

Le rapport de force actuel donne un avantage clair net et indiscutable à la force de frappe de l’industrie financière privée. Avec cette prise de pouvoir sur la monnaie, les richesses réelles et virtuelles, elle est devenue le patron et donc l’autorité des États.

Grâce aux crédits privés et publics, la privatisation des services publics, sa toute-puissance pénètre tous les foyers, les entreprises, les administrations et les gouvernements. Les processus en cours de privatisation des services publics amplifieront encore plus le phénomène.

Au vu de ce qui précède et des usages de la culture des gouvernants en devenir, on peut envisager l’hypothèse suivante. Les pays disparaissent au profit de régions organisées telles une entreprise privée mises en concurrence et contrôlées financièrement de près. Dans ce scénario, l’habitant pourrait devenir à son tour un centre de coûts et de profits laissant sur le carreau les personnes vulnérables… La découverte des différents accords bilatéraux entre la Suisse et l’UE, le Traité de Lisbonne, le Traité Transatlantique, donne quelque crédit à cette hypothèse… A méditer…

Liliane Held-Khawam, 19 juillet 2014

Publication commune Lesobservateurs.ch et le blog de Liliane Held-Khawam : http://lilianeheldkhawam.wordpress.com/2014/07/19/la-monnaie-scripturale-detruit-les-etats/

 

 Références:

  1. 7 tough facts about money you probably ignore By Eva Zaki
  2. http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http://www.societal.org/monnaie/resume.htm&title=%22soci%C3%A9tal%20cr%C3%A9ation%20mon%C3%A9taire%22

 

3 commentaires

  1. Posté par Julian de Lima le

    @ Alain :
    Je pense que c’est les banques qui derrière les politiques font les lois bancaires. Pourquoi est-ce que la les activités de gestion et de spéculations ne sont pas séparées comme on l’entendait dire durant la crise des subprimes. Tout simplement car les lobbys des banques ont fait un bon travail.
    Mais il ne faut pas oublier une chose, pourquoi est-ce que l’on garde des dettes, car actuellement sans dettes il n’y a pas d’argent en circulation vu le système utilisé. Et l’argent que doit l’état aux banque n’est pas de la monnaie centrale, mais de la scripturale (autrement se serait trop facile).

  2. Posté par Alain Jean-Mairet le

    Ce billet fait l’impasse sur deux volets du sujet: les réglementations auxquelles sont soumis les instituts financiers, et l’utilisation du système monétaire instauré depuis les années 1970 par les États, par ailleurs auteurs desdites réglementations.

    Or les États sont de loin les plus mauvais utilisateurs de ce système: ils accumulent les dettes (ou les crédits, ce qui est la même chose) sans seulement songer à les rembourser un jour et ne produisent aucune richesse: ils consomment de la valeur (encore) inexistante, ce qui n’est permis à aucun autre acteur économique. Et ils submergent le monde (notamment économique) de réglementations au maillage sans cesse plus serré. Également à travers des institutions internationales.

    Une fois ces deux volets convenablement mis en lumière, il devient autrement plus difficile de prétendre ou de croire que « l’industrie financière privée (…) est devenue le patron et donc l’autorité des États ».

  3. Posté par Jean-Pierre Paul le

    Les textes de Mme Liliane Held-Khawam sotnt absolument remarquables. Merci de pouvoir lire des analyses aussi instructives et de qualité.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.