24 Heures: soutenir la pédophilie, du « courage »

Dans un article intitulé: "Simonetta Sommaruga en appelle au courage de dire non à Marche Blanche", Patrick Chuard signe un monument de forfanterie et dévoile toute la mesure de sa docilité à l'endroit du "front républicain" PLR/PS. Soumission qui va jusqu'à soutenir une manoeuvre tendant tout de même à remettre des pédophiles dans les écoles dans le seul but de faire échouer ces salauds de "populistes", cette droite qui, n'écoutant que son coeur et ses idées n'a pas hésité un seul instant quand il s'est agit de soutenir l'initiative de la Marche blanche. A croire qu'aucun de ces braves gens n'a d'enfants.

«Cela exige du courage, ce n’est pas facile, mais nous devons nous battre pour préserver notre Etat de droit. [...] Le texte ne fait aucune différence entre un amour de jeunesse ou un pédocriminel dangereux»,

constate la conseillère fédérale.

Nous avons déjà démontré hier que ce postulat était absolument faux.

Et l'âme damnée homonyme, Carlo Sommaruga, d'enquiller sur le même ton:

«Oui, il faut du courage, admet Carlo Sommaruga. Mais nous devons prendre nos responsabilités en tant qu’élus et en l’occurrence dire non à des initiatives populistes qui détruisent les principes de droit qui ont fait la force de notre pays

Pauvre Carlo Sommaruga, qui a voté 29 fois ces 5 dernières années pour faire obstruction aux initiatives de la Marche blanche, qui a bricolé dans l'urgence une révision du code pénal pour éteindre toute chance de succès d'une initiative qui ne demande qu'une chose fort simple, que les pédophiles se trouvent un autre métier.

Car il faut bien comprendre que ce déchaînement dialectique "populistes", "extrémistes" vise un but bien précis, permettre aux pédophiles de retourner travailler en contact avec des enfants. Ils s'acharnent pour "sauver" ça. Vous pensiez qu'il restait encore des limites dans cette société, c'est la dernière et elle tombera comme les autres si vous ne faites rien. Rien n'est évident, la dernière initiative de la Marche blanche n'est passée qu'à 51,9%.

Un engagement, un soulèvement, est nécessaire. Isabelle Chevalley dit avoir refusé de rejoindre le comité de M. Caroni pour avoir reçu "5 mails de protestations et d’insultes", 5, c'est tout. Il est indispensable de leur dire le dégoût que leur façon de faire nous inspire, calmement, sans violence, de le leur dire dans les urnes et de le leur dire en face.

4 commentaires

  1. Posté par Patrick Chuard le

    En parlant de courage, je constate que le rédacteur de cet article en manque suffisamment pour ne pas signer.

    [La Rédaction: Vous trouverez toutes les données qui vous manquent ici: http://www.lesobservateurs.ch/impressum/%5D

  2. Posté par JeanP le

    Les parlementaires suisses ne représentent pas le peuple suisse mais seulement les intérêts globalistes de l’oligarchie mondiale. Les idées qu’ils défendent ne sont même pas les leurs. Ces idées sont toutes apparues simultanément dans les cerveaux de tous les responsables politiques occidentaux parce qu’elles leur ont été dictées depuis le sommet de la pyramide oligarchique. Voyez la situation en Allemagne, avec des parents emprisonnés pour refus de laisser leurs enfants être exposés à la pornographie scolaire, en France la polémique sur la théorie du genre « qui n’existe pas » etc…
    Ces idées de sexualisation des enfants à partir du berceau viennent des institutions mondiales, qui sont en fait des institutions mondialistes: ONU, UNESCO, OMS etc..
    Le marxisme est toujours vivant, le communisme a été seulement un de ses avatars de ‘révolution’ mondiale. Il existe aujourd’hui une autre Internationale, celle du marxisme culturel. Les tireurs de ficelle du bolchévisme, du national-socialisme, de l’UE, du printemps arabe, des révolutions « colorées », du mouvement LGBT, etc…sont restés les mêmes. Ils continuent d’opérer dans la même continuité pour imposer au monde une gouvernance mondiale.
    Le premier pas vers la comprehension du monde est d’éteindre sa télévision.

  3. Posté par jessica le

    Je me pose des questions sur la moralité et les tendances sexuelles de nos parlementaires suisses. Ils admettent la prostitution des jeunes dès 16 ans, alors que dans les pays voisins c’est 18 ans depuis longtemps, ils veulent une tolérance et une compréhension vis-à-vis des proxénètes qui frise le délit, et préfèrent attendre qu’un pédophile ait abusé et violenté plusieurs enfants avant de l’empêcher recommencer: Le plus important pour certains parlementaires, en particulier de gauche, est de permettre au pédophile de vivre sa vie sans contrainte et non de l’empêcher de briser un enfant à vie, voire de le tuer. C’est ce qu’ils osent appeler  » principes de droit qui ont fait la force de notre pays » … »un état de droit ».. Eh bien NON, mesdames et messieurs, ce n’est pour VOTRE interprétation, votre détournement inacceptable de nos droits et principes que nos ancêtres se sont battus. Vous êtes des malades et les suisses en ont marre, vraiment assez de vous voir vous agiter dans tous les sens pour défendre les droits des criminels, pour ne surtout pas les punir mais les comprendre et les aider, pour leur assurer des conditions non pas de détention, mais d’hébergement le plus confortable et agréable possible. Il est amoral et scandaleux, de soutenir sans cesse les criminels de payer pour leurs avocats et de n’avoir aucune compassion mais qu’un total mépris pour les victimes ces criminels, victimes qui elles, à moins d’avoir beaucoup d’argent, n’ont pas les moyens de se défendre. Car pour les victimes, l’état ne sort pas UN centime….. Et vous OSEZ parler d’Etat de droit et de principes ! Comme pour le 9 février, vous nous qualifiez d’émotifs ! Mais Messieurs/dames, contrairement à vous, nous ne sommes pas des machines ni d’égoïstes calculateurs, NOUS nous AIMONS notre pays tout comme nos prédécesseurs et ancêtres qui ont fait de la CH ce qu’elle est, et pas pour devenir un réservoir à criminels protégés par l’état. Il n’y a pas d’amour sans émotions et j’espère bien que nos émotions conditionnent nos votes – vote émotionnel ne veut pas dire stupide et irréfléchi, ne vous en déplaise. Réaction hypocrite vu que vous savez fort bien les utiliser, nos émotions ,quand cela vous intéresse). Vous êtes une honte

  4. Posté par Luca le

    En fait si je comprend bien, ils sont contre l’initiative par pure stratégie politique ? Et les enfants dans tout ça, qui s’en occupent ? Sont-ils énervés à ce point pour le vote du 9 février, qu’ils sont prêt à tout et à n’importe quoi (pour Cohn-Bendit, « humour » ou pas) ? S’ils pensent qu’ils vont ramener des gens de leurs côtés avec de telles âneries, c’est perdu d’avance… Mais bon, plus rien n’est étonnant aujourd’hui !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.