Les JPLR veulent que les pédophiles puissent travailler avec des enfants

A Genève.

"Ce texte ne garantit donc nullement que les amours d’adolescents, par exemple, ne tombent pas sous le coup de la loi. Ils considèrent donc qu’il est du devoir et du ressort unique des juges d’appliquer ce genre de mesures si nécessaire. Les JLRG redoutent également de tomber dans un système à l’américaine où certes les pédophiles sont traités avec fermeté mais où les relations sexuelles consenties entre un-e jeune adulte et un-e mineur-e tombent sous le coup des mêmes mesures."

La liberté d'appréciation des juges doit primer sur la volonté populaire...

Suite

2 commentaires

  1. Posté par Alain Favre le

    C’est un fait notoire que certains politiciens avancent leurs pions et exercent leur influence afin d’orienter des votes ou faire directement voter des lois afin de se protéger !!!

    Affligeant et scandaleux !!

  2. Posté par colibri le

    Quand on a eut affaire à ce genre d’humains, il y a peu de chance qu’on accepte de les voir travailler avec des enfants.L’enfant ne doit pas servir de médicament pour soigner la tare
    On voit bien le résultat des conseils sociologues qui préconisèrent des caresses pour montrer à l’enfant qu’il était aimé.Des pères a tendances perverses auront su appliquer ce genre de tendresse new âge sans l’ombre d’un remord. Encore une fois le New âge précipite dans l’abîme du sordide de nombreux humains c’est Fondamentalement reconnu et à mettre à la poubelle sitôt lu

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.