Libé: les journalistes gauchistes invités à découvrir le réel…

 

Ceci n'est pas un journal

Vendredi 7 février, les actionnaires de Libération, fatigués de l’esprit « journalistes d’extrême gauche inefficaces, prétentieux et imbus d’eux-mêmes qui perdent de l’argent et des lecteurs en se prenant pour des grands penseurs », ont détaillé leur projet de transformation du journal en « un espace culturel et de conférence comportant un plateau télé, un studio radio, une news room digitale, un restaurant, un bar, un incubateur de start-up », pour apporter enfin « de très forts relais de croissance », en français : gagner de l’argent.

On s’en doute, ces journalistes progressistes sauf pour leur petit train train et leurs privilèges au cœur du quartier bobo de Paris n’ont pas apprécié être déplacés dans un banlieue dont ils nient tellement les échecs du « multiculturalisme » qu’ils ne veulent surtout pas le croiser.

La rédaction du journal a réagi en une ce matin, avec un « Nous sommes un journal, pas un restaurant, pas un réseau social, pas un espace culturel, pas un plateau télé, pas un bar, pas un incubateur de start-up… » :

Bf9YHRpIIAAtBpq.jpg-large

Bruno Ledoux, principal actionnaire du quotidien, a riposté dans un email envoyé aux autres actionnaires :

« Je veux les rendre ringards tous ces esprits étriqués et tirer un coup d’avance, un coup cash, où tout est dit, y compris le projet sur l’immeuble [...] Je pense qu’il faut prendre […] à témoin tous les Français, qui raquent pour ces mecs, pour que tout le monde comprenne bien l’enjeu qui se joue actuellement… D’un coté, la faillite, de l’autre coté, une autre vision….. ».

Une chose est certaine : si les journalistes de Libération avaient la même honnêteté intellectuelle dans leur traitement de l’info que l’actionnaire Ledoux, le quotidien ne serait pas au bord de la faillite. Bref.

Contacté par BFM1 ce matin, Ledoux en rajoute une saine couche : « Je trouve aussi ringarde l’attitude des salariés, qui attaquent les actionnaires dans le journal, et refusent de se réformer, sans avoir voulu écouter notre projet ».

Car dans leur éditorial, les salariés dénoncent sans l’avoir examiné « le projet des actionnaires qui a provoqué la stupéfaction puis la colère de l’équipe, tant il est éloigné de [leur] métier et de [leurs] valeurs. »

Et c’est bien de leur métier et de leurs valeurs qu’il s’agit :

• Car la dernière enquête Ipsos/ Le Monde2, montre que 77% des Français ont perdu toute confiance dans les journalistes. 77% !

• Et pour Libération, la note est encore plus salée : 84% des sympathisants du Front de gauche, leur cible complice, déclarent ne pas faire confiance aux journaux.

3/4 des Français considèrent que les journalistes pratiquent la langue de bois et le politiquement correct

• Les trois quarts des Français3 considèrent que les journalistes pratiquent la langue de bois et le politiquement correct, et qu’ils évitent les vrais sujets :

graphique-journalistes-rc3a9alitc3a9-sondage

C’est exactement ce que Bruno Leroux, qui les connait bien, dénonce en parlant « d’esprits étriqués ». Leur incapacité intellectuelle à s’adapter au monde qui change expose leur déconnection des réalités économiques de la vraie vie – et leur impossibilité à conserver leurs lecteurs, qui fuient vers Internet.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Car c’est Internet – qu’ils toisent avec mépris – qui a révélé leur psycho-rigidité.

Les résultats du sondage de notre confrère OJIM4 sur la pluralité des médias, en 2013, enfonçait le clou, et expliquait clairement cette perte de confiance du public dans les journalistes :

• Les journalistes sont classés à gauche (47%) voire très à gauche (39%),

Ce qui laisse sur la touche la moitié des Français, et fait que :

• Ils sont considérés comme éloignés des réalités (89%),

Et ça, les lecteurs, même de gauche, n’en veulent plus :

• leur manque de pluralisme idéologique nuit à leur indépendance (60%)

Et donc le public se retourne vers :

• Internet, qui est plébiscité comme le média le plus indépendant (94%) et respectant le plus la liberté d’expression (75%).

Ceci est Dreuz

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

1http://m.bfmtv.com/article.html#art705810

2http://www.scribd.com/

3opinionpublique.wordpress.com/la-profonde-mefiance-des-francais-a-legard-des-journalistes-et-des-medias

4ojim.fr/enquete-ojim-sur-lindependance-et-la-pluralite-des-medias-les-resultats-de-notre-sondage

 

Extrait de: Source et auteur

 

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.