Logique de gauche: pas de fessées mais des attouchements

La gauche parlementaire helvétique erre d’un extrême à l’autre ne cessant plus de multiplier les signes de schizophrénie, choquant lourdement contre les limites d’un bon sens qu’elle rencontre chaque jour plus souvent. Ou quand les rares instants de lucidité mettent en exergue les incohérences à répétition d’une politique qui ne sait plus que se répandre en slogans incantatoires.

La dernière trouvaille en date, la motion de la conseillère nationale socialiste argovienne Yvonne Feri, laquelle sacrifie à la marotte habituelle de son parti de vouloir inviter toujours plus souvent, et plus intensémet, l'Etat à intervenir dans l'éducation familiale (à quand des cours de pédagogie obligatoire pour les parents ?).

A la défense de la conseillère, l'intention est ici plus qu'honorable, il s'agit de permettre aux enfants de grandir sans violence, sous l'aile ô combien protectrice du Conseil fédéral.

« Une éducation violente risque de compromettre le développement normal de l'enfant, avec le risque d'une somatisation prenant par ex. la forme de troubles du sommeil ou de l'alimentation, de maladies chroniques ou de problèmes émotionnels. Une éducation violente risque fort de produire un adolescent ou un conjoint violent.

La Convention relative aux droits de l'enfant, que la Suisse a ratifiée en 1997, fait notamment obligation aux Etats parties de prendre toutes les mesures législatives appropriées pour protéger l'enfant contre toute forme de violence physique ou morale. Lorsqu'il avait examiné le premier rapport de la Suisse sur la mise en oeuvre de la Convention (établi en 2002), le Comité des droits de l'enfant avait recommandé à la Suisse d'interdire expressément toute forme de châtiment corporel. Comme cela n'a pas été fait, il est probable que la Suisse se verra à nouveau adresser la même recommandation au début 2015. Par ailleurs, le Conseil des droits de l'homme a lui aussi recommandé à la Suisse de prendre une telle interdiction, dans le cadre du 2e examen périodique universel de la Suisse, intervenu le 29 octobre 2012.

De nombreux pays d'Europe se sont dotés de lois consacrant le principe d'une éducation non violente. Il est vrai que ces lois sont plus ou moins connues selon les pays : ainsi, si en Allemagne et en Autriche quelque 30 pour cent des parents savent que les châtiments corporels sont interdits, cette proportion s'élève à 90 % en Suède. Ce dernier chiffre s'explique par les mesures sans équivalent au niveau international qui ont été prises pour faire connaître la loi lorsqu'elle est entrée en vigueur, et qui, avec la loi elle-même, ont permis de faire reculer de manière spectaculaire la violence physique et morale dans l'éducation.

Pour qu'en Suisse aussi tous les enfants puissent vivre une enfance sans violence, il est indispensable de faire comme la Suède et d'adopter une loi en ce sens, assortie de mesures de promotion qui contribuent à la faire connaître. »

C'est beau, c'est noble et certainement indispensable et nécessaire, mais alors il faut nous expliquer pourquoi, le 21 mars, lendemain même du dépôt de la présente motion parlementaire, le parti socialiste votait à l'unanimité absolue de ses membres présents contre une initiative demandant qu'il ne soit plus possible à un pédophile de travailler en contact avec des enfants. 100% de votes contraires au prétexte d'un obscur contre-projet dont le Parlement n'a pas douté qu'il était contre-productif, sinon à contre-effet.

La pédophilie n'est-elle pas une violence ? N'est-elle pas spécifiquement une « forme de violence physique ou morale » ? La violence, la contrainte et la menace sexuelles d'un éducateur ne sont-elles pas cent fois pire que des « châtiments corporels » ? Le viol, enfin, n'est-il pas une « violence » ? Mais où est-elle leur logique à la fin ?

5 commentaires

  1. Posté par Antonio Giovanni le

    @Posté par Julien le 5 avril 2013 à 15h43 – … des noms ?

  2. Posté par Antonio Giovanni le

    Evidemment, lorsqu’on n’est guidé que par des œillères idéologiques, on est incapable d’appréhender les réalités; c’est le drame de cette gôche, théâtrale à force de camper « les bons » dans toutes les pièces; bons ils ne sont pas, il n’ont jamais que penché sentimentalement du côté de leurs doctrines figées, sans réflexion aucune du moment que c’était la doctrine et qu’elle dispense à tout jamais de la moindre réserve; alors, oui , on tombe dans l’incohérence et la schizophrénie, mais ces as de la pirouette sauront se redresser le moment d’une élection: on peut compter sur leur proverbiale souplesse de pantins…

  3. Posté par Certeny le

    Rappel extrêmement utile des errements de « la gauche parlementaire » !!

  4. Posté par Marcel Rubin le

    Et dire qu’il y a des parents qui votent socialiste!!! Un superbe témoignage du sectarisme aveugle prenant le pas sur la raison et la sécurité des siens!!

  5. Posté par Julien le

    Je ne suis pas étonné de voir la gauche avec le PS en chef de file se prononer contre cette initiative au parlement. En effet, on peut constater qu’il y a des élus de gauche aux parlements européens qui ont de la sympathie avérée pour la pédophilie.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.