Le soudain engouement pour la Suisse devrait inquiéter les Suisses

Francis Richard
Resp. Ressources humaines

La Suisse est un pays de tricheurs. Ils profitent de ce qui leur plaît dans l’Union européenne, via les accords bilatéraux, et rejettent ce qui leur déplaît. Ils vivent richement, aux dépens des autres…

La Suisse est un pays du secret. Des exilés fiscaux s'y réfugient. Des évadés fiscaux s'y planquent. Ils y apportent leur argent gagné ailleurs, lestant la charge fiscale des restants.

La Suisse est un pays de banques, dont les coffres-forts regorgent de l'argent sale du monde. Pas étonnant que les Suisses soient riches. Ils vivent largement de la finance anonyme et vagabonde.

A aucun moment ceux qui parlent ainsi de la Suisse, ne cherchent plus loin. Ils se satisfont de cette image caricaturale, qui explique si bien pourquoi chez eux rien ne marche. Car c'est la faute à la Suisse! Comme c'était la faute à Voltaire ou à Rousseau...

Il faut les faire plier ces Suisses. Il faut leur faire comprendre que leur insolente réussite est terminée. Et qu'ils devront cracher au bassinet, comme tout le monde.

Au-delà de cette caricature facile, il y a la réalité.

Et la réalité, c'est que les Suisses travaillent pendant que d'autres roupillent (le nombre d'heures à temps plein est un des plus élevés du continent, sinon le plus élevé: 1'914 heures annuelles en 2011).

Et la réalité, c'est que le secteur bancaire ne représente que 10,5% du PIB du pays en 2011 (la législation helvétique contre le blanchiment est une des plus sévères au monde) et que la Suisse excelle dans la microtechnique, dans la biotechnologie, dans la chimie, dans la pharma, dans l'alimentaire, dans l'assurance etc.

Et la réalité, c'est que la Suisse, comme le reconnaît Christian Saint-Etienne dans France: état d'urgence, a un système scolaire performant, que son régime fiscal (dû à la concurrence fiscale entre cantons) est incitatif, que les universités y coopèrent avec le privé, que son environnement macro-économique est stable, que ses institutions sont transparentes, que ses infrastructures sont de qualité, que son marché du travail est fluide (d'où un taux de chômage de 3,4% en janvier 2013, considéré ici pourtant comme élevé...).

Et la réalité, c'est que la Suisse intègre mieux ses étrangers que les autres (22,8% de la population en 2011).

Et la réalité, c'est que la Suisse est moins endettée que les autres (35% du PIB en 2011).

Mais tout cela ne compte pas... même si la Suisse démontre par là-même, en étant beaucoup plus libérale que les autres pays qui l'entourent, que le libéralisme, indépendamment du fait qu'il respecte les droits naturels, est plus efficace, même quand il est encore tout relatif...

Il a suffi que la votation sur l'initiative Thomas Minder "Contre les rémunérations abusives" obtienne 67,9% des suffrages dimanche dernier, pour que l'opprobre jeté sur la Suisse soit miraculeusement levé. Momentanément...

Le premier ministre français, Jean-Marc Ayrault, a déclaré à propos de cette votation:

"Une excellente expérience démocratique où les Suisses montrent la voie et personnellement je pense qu'il faut s'en inspirer"

Le secrétaire-général du PS français, Harlem Désir, s'est exclamé:

"J'ai envie de dire: "Vive les Suisses!""

Le porte-parole de Michel Barnier, commissaire européen aux services financiers, Stefaan De Rynck, a opiné le 4 mars 2013:

"Nous prenons acte du vote important qui a eu lieu hier en Suisse"

Bref, tous ceux qui se prononcent d'ordinaire contre la libre économie, qui réussit si bien à la Suisse, dans une version relative pourtant, se réjouissent du résultat de cette votation. Cela ne laisse pas d'être inquiétant et devrait faire réfléchir tous ceux qui, guidés par l'envie et le populisme, ont voté pour ces dispositions liberticides.

Ce soudain engouement pour la Suisse sera sans lendemain, rassurons-nous. Cette intrusion législative dans le fonctionnement des entreprises pourrait cependant bien être un premier pas vers leur mise sous tutelle, surtout si les actionnaires des 260 sociétés suisses cotées en bourse, dans leur intérêt bien compris, ne décident pas de limiter les rémunérations de leurs managers comme le voudrait tant le monde politico-médiatique, toujours prêt à battre les montagnes alpines.

Gageons que l'interdiction des indemnités d'entrées et de sorties sera alors suivie d'autres interdictions, d'autres limitations et que les belles paroles de Thomas Minder, qui veut avoir le triomphe modeste, après avoir semé ses grains de servitude dans cette affaire, ne changeront rien au fait que les grands managers d'envergure seront moins bienvenus en Suisse et que cela lui sera préjudiciable.

Alors il faudra faire marche arrière. Ce qui est toujours possible en Suisse par la voie démocratique. Et nulle part ailleurs...

Francis Richard

 

Repris de http://www.francisrichard.net

2 commentaires

  1. Posté par henry spira le

    Veuillez bien lire: …quelque temps à la prison du Lohnhof à Bâle.

  2. Posté par henry spira le

    L’auteur, Francis Richard, met des points sur des i. Certaines personnes, bien inspirées, souscrivent des polices d’assurances contre l’incendie, dégâts des eaux, vols avec et sans effraction. D’autres mettent leurs biens à l’abri dans des coffres-forts. Enfin, face aux dévaluations, les malins changent de monnaie ou déposent leurs valeurs boursières et bancaires à l’abri de mesures confiscatoires décrétées par les autorités de leur pays de domicile. Doivent-ils être punis pour de telles initiatives? Pourquoi la France ne prendreraite-elle pas exemple sur la Suisse? En proposant par exemple des forfaits fiscaux pour les personnes sans activités, mais vivant de leur fortune et revenus? Ils pourraient ainsi « Vivre heureux comme Dieu en France ». Alors qu’actuellement, ce n’est pas de la tarte. D’ailleurs ce n’est pas la première fois que l’étrillage par l’Etat sévit dans l’Hexagone. Au cours des années 20, il y eut déjà un exode phynancier vers la Suisse. A tel point que des agents du fisc gaulois espionnaient les visiteurs gaulois se rendant au siège de la Société de Banque Suisse à Bâle, Aeschenvorstadt, 1. Interpellés, ils passèrent quelque à la prison du Lohnhof à Bâle. Et en 1934, faisant suite à une demande des banques suisses datant de 1933, les Chambres décidèrent d’une loi instaurant le secret bancaire, AFIN DE PROTEGER LES AVOIRS FRANCAIS, et non pas LES AVOIRS ALLEMANDS, comme continuent à le prétendre des désinformateurs chroniques.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.