Les armes suisses contre le Printemps arabe ?

De toute évidence, les Emirats comptaient sur le matériel suisse pour réprimer toute velléité de Printemps arabe sur leur territoire.

Suite à l'affaire des grenades de fabrication suisse retrouvées en mains des rebelles syriens, il aura fallu près d'une semaine au Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) pour répondre à nos questions. Un SECO visiblement dépassé, non par la situation mais par... les vacances de ses collaborateurs.

Le SECO insiste tout d'abord sur le fait qu'il n'y a pas encore de preuve tangible, que le blocage des importations n'est que provisoire et "ne représente pas des mesures de sanctions envers les Emirats Arabes Unis (EAU) ». "Ces mesures ont été prises pour pouvoir clarifier la situation. Des mesures plus poussées ne pourront être prises que lorsque les faits seront suffisamment éclaircis »; on attend donc avec impatience la fin des vacances.

Importations

Les EAU sont le premier pays importateur de matériel de guerre de fabrication suisse avec près de 266 millions d'unités dont un million d'armes individuelles légères, 118'000 d'autres calibres, près de 3 millions d'engins de conduite de tir, 3,7 millions de véhicules blindés et automobiles, et 258 millions de matériel aérien, avions (Pilatus), drones, propulseurs. Et tout cela rien que pour l'année 2011. Si les rois européens, en leur temps, avaient les gardes suisses, les rois arabes ont opté pour une version plus futuriste mais non moins efficace.

Depuis l'an 2000, les EAU ont importé 345'794'729 unités de matériel de guerre de fabrication suisse. Avec un pic impressionnant l'an dernier, qui voit le taux d'importation passer de 8,7 millions en 2010 à 266 millions en 2011. De toute évidence, les Emirats comptaient sur le matériel suisse pour réprimer toute velléité de Printemps arabes sur leur territoire. 266 millions en une année, pour une population de guère plus de 4,6 millions d'habitants, l'on ne serait pas étonné, qu'une fois tout danger de révolte écarté, les EAU aient tenté de liquider leur surplus léger auprès des guérillas du Moyen-Orient.

A moins, bien sûr, mais rien ne permet de l'avancer, que les accusations du président syrien Bachar Al-Assad ne soient exactes et que les pays du Golfe s'emploient à financer et équiper les différentes factions rebelles.

Le SECO affirme d'ailleurs ne disposer d'aucune information concrète au sujet d'intermédiaires éventuels entre les EAU et les rebelles syriens. Un SECO qui répète encore ne pas avoir la preuve tangible que ces grenades aient bien été retrouvées en Syrie.

Un commentaire

  1. Posté par conrad hausmann le

    Le printemps arabe est une mystification….La Suisse doit vendre aux Etats qui ne sont pas directement en guerre.Les opérations de police contre des terroristes ne sont pas des guerres.De plus les exportations sont négligeables par rapport à ceux de …
    France,des USA,Russie,Chine,ETC….

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.