“Code orange” pour les travailleurs d’Europe centrale et orientale

Lodewijk Asscher

Dans une lettre ouverte publiée par De Volkskrant et The Independent, le ministre néerlandais des Affaires sociales et de l’emploi Lodewijk Asscher et le directeur du think tank britannique Demos David Goodhart mettent en garde l’Union européenne contre les « conséquences négatives » de l’arrivée des travailleurs d’Europe centrale et orientale.

Ils invoquent le déclenchement d'un "code orange" comme celui en vigueur aux Pays-Bas, qui indique que l’eau des rivières a atteint un niveau inquiétant. Les dernières restrictions à la libre circulation des travailleurs roumains et bulgares seront levées, en Allemagne, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, le 1er janvier 2014.

Asscher et Goodheart estiment en particulier que cela provoquera un "dumping salarial" de la part des travailleurs d’Europe centrale et orientale, au détriment de leurs confrères les moins diplômés sur place — les plus instruits tirant, au contraire, profit de cette libre circulation. Ils proposent ainsi des sanctions pour les sociétés qui exploitent ces travailleurs en appliquant les règles salariales de leur pays d’origine.

Lire la suite

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire sera publié après validation.

* Ces champs sont obligatoires

Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.